Lucie Lavigne, sophrologue à Cabestany

06 45 91 73 37
2 rue Voltaire, 66330 Cabestany

5 propositions pour une rentrée sereine


inscription sur galet rentrée sereine

Qu’elle soit professionnelle, scolaire ou associative, la rentrée du mois de septembre est rarement synonyme de sérénité ou de tranquillité. Parfois juste une pensée évoquant cette période de l’année où s’enchaînent les réunions au bureau, à l’école et aux clubs, suffit pour nous stresser.

Sans doute, avez-vous déjà mis en place des stratégies pour rendre cette période redoutée moins redoutable en termes de stress et d’épuisement: en planifiant, organisant, priorisant, déléguant au bureau et à la maison, en ajustant etc…

Il n’y a pas de méthode unique (ni de "rentrée parfaite") mais celle qui vous convient. En tant que femme et maman, j'ai eu envie "d'écrire au féminin" et de vous partager ici une liste de 5 propositions, en lien avec la sophrologie, qui me permettent de préparer et de vivre un quotidien plus serein, pour moi mais aussi pour mon entourage.

Ce qui nous empêche d’être sereines

Nous sommes toutes différentes, et quelle que soit votre nature, plutôt anxieuse ou plutôt tranquille, confiante ou dans l’hésitation, perfectionniste ou non, dans le contrôle ou dans le lâcher-prise, il existe aussi certains facteurs externes qui affectent notre capacité à vivre dans une certaine tranquillité intérieure :

  • Les changements de rythme vacances-travail et de météo (températures et luminosité qui baissent légèrement) qui nécessitent un temps d’adaptation,
  • Les sollicitations extérieures des entourages, avec parfois la transmission d'un sentiment d'urgence ou de stress,
  • La charge mentale plus conséquente : trop de choses à penser, à faire, à organiser, à solutionner,
  • Les imprévus, les impératifs qui s’imposent dans un agenda déjà rempli,
  • La pression sociale du type "Réussir sa rentrée"…

Et si la sérénité c'était de se sentir calme à l'intérieur et en harmonie avec l'extérieur?

Mes 5 propositions Sophro pour une rentrée sereine

  1. Se préparer mentalement

 

Quelques semaines ou quelques jours avant cette période, peut-être pouvez-vous vous poser, une dizaine de minutes, pour faire une visualisation? Installez-vous en posture assise ou allongée, fermez les yeux et projetez-vous dans une journée de la semaine de la rentrée (scolaire, au bureau ou autre). Peut-être, pourrez-vous imaginer cette rentrée comme vous aimeriez qu'elle se passe :  

  • Regarder en arrière sur comment vous avez vécu la rentrée de l’année dernière « Qu’est-ce qui m’a le plus stressé ? qu'est-ce que je ne veux plus? qu’est-ce qui m’a fait du bien ou ce dont j’ai été satisfaite ou ce qui m'a aidé?»
  • Regardez devant sur comment vous voulez vivre la prochaine rentrée: « quelle est la façon dont je veux me sentir en septembre, quelle est la façon dont je veux vivre cette période ? Qu’est-ce que je pourrai mettre en place ? Quelles sont ou seront mes "personnes ressources?».
  • Regardez sur les côtés en identifiant d'éventuelles croyances telles que : « La rentrée c’est stressant » (si je crois au préalable que la rentrée sera difficile, épuisante, stressante… elle sera difficile, épuisante et stressante) ou bien « c’est toujours moi qui fait tout » ( non seulement je râle en renforçant ma croyance mais en plus je m'empêche de demander de l'aide).

Visualisez plusieurs fois, en changeant les situations, jusqu’à trouver ce qui est le mieux pour vous, ce qui raisonne positivement en vous avec des sensations agréables puis répétez cette pratique.

 

  1. Bien dormir (pour toute la famille)

 

Changer de rythme n’est pas facile et cela doit se faire progressivement. Toute la famille est invitée à se coucher et à se lever à des heures régulières (en respectant les besoins de chacun selon les âges), à s’exposer au maximum à la lumière naturelle dès le matin, à limiter le temps d’exposition aux écrans.

Pour le coucher des tous petits, la (re)mise en place d’un rituel d’endormissement avec des bonnes pratiques peut s’avérer nécessaire. Voici 2 articles en lien avec le "bien dormir" :

NB : non loin de votre lit, gardez un bloc note à votre portée afin d’y noter ce qui encombre votre cerveau : il sait que c’est noté et ne vous le rappellera pas cette nuit.

 

  1. Gérer l’angoisse de la reprise, le « blues » de la rentrée, le stress

 

Il se peut que vous soyez submergée par l’angoisse de la reprise . Tout d'abord, il va s'agir de faire baisser l'intensité de cette angoisse ou anxiété, des manifestations physiques qui l'accompagnent. Je vous propose de revenir dans le présent, à ce qui est sûr et certain pour l’instant : vos points d’appuis corporels avec la chaise, le sol ou autre, vos 5 sens (technique d’ancrage à télécharger), votre respiration et au souffle qui entre et qui sort de vos narines, de votre bouche.

Par ailleurs, une certaine nostalgie des bons moments à laquelle s’ajoute la fatigue de la reprise peut survenir, c'est le "blues de la rentrée". N’hésitez pas à garder certaines habitudes prises lors des vacances : les recettes d’été pour les repas, des moments de lecture estivale sur la terrasse, le gel douche au Monoï, la petite balade à vélo dans la nature le week-end, la sieste (au bureau) par exemple. Je vous propose de tester la pratique du Lieu Ressource pour retrouver un moment de bien-être et de détente lié aux vacances.

Gérer le stress. Qu’elle que soit la cause de ce dernier, dans un tout premier temps, il est nécessaire de faire baisser votre niveau de stress. Fermez les yeux, essayez un exercice de respiration calme pendant une à deux minutes, à votre rythme, un exercice ou le temps d’expiration sera beaucoup plus long que le temps d’inspiration et qui abaissera ainsi votre rythme cardiaque. Une respiration apaisée et des battements de cœur calmes donnent le signal au cerveau que l’alerte est passée.

 

  1. Accepter que les imprévus fassent partie de la vie

 

C’est déstabilisant, stressant, inconfortable pour la majorité d’entre nous lorsque nos journées ne se déroulent pas comme prévu. Pour mieux y faire face, je vous propose de faire appel à vos capacités d’adaptation, à savoir :

  • Lâcher-prise en acceptant que les imprévus fassent partie de la vie : « Bien sûr qu’à la rentrée il y a du monde au rayon papeterie », « ça arrive que l’horaire de mon cours soit positionné au même moment que celui de l’activité de mon enfant ». Puis en restant focalisée sur votre objectif: ''comment je peux faire (différemment) pour moins m’épuiser, stresser ?
  • Prendre du recul : la vie n’est pas contre nous, lorsque les choses ne se passent pas comme souhaitées, il s’agit peut-être de voir la situation de manière plus neutre, sans jugement voire de redéfinir nos priorités. Par nature les imprévus ne durent pas, ce n’est pas pour toute la vie, est-ce que vous penserez encore à ce contretemps, ce petit ennui dans 5 ans ? Et puis, même si vous pensez avoir "rater" votre rentrée, cela ne veut pas dire que toute l'année sera gâchée!
  • Etre créative: profitez des moments d'attente ou d'ennui pour laisser libre cours à votre imagination, sans vous censurer ni vous juger, avec un regard d'enfant. Si vous cherchez la solution à un problème, laissez-vous un peu de temps et vous verrez qu'il y a souvent plusieurs solutions qui apparaissent si vous levez vos barrières et si vous écoutez vos sensations !

 

  1. Préserver son énergie

 

Cette période nous demande à la fois d’être sur de nombreux fronts en même temps, d’y être pleinement investies physiquement et mentalement.

Renoncez au « tout maintenant, en même temps et comme il faut ». Pour cela, je vous propose d’observer vos pensées : dès que vous vous entendez dire « il faut que… » ou « je dois faire… », sonnez l’alarme et contrôlez d’abord votre niveau d’énergie. Vos ressources temps et énergie (physique, mentale) ne sont pas inépuisables.

Personne ne sera mortellement blessé si je ne vais pas à la réunion de rentrée du club sportif où sont déjà inscrits mes enfants ou si je ne vais pas au pot de départ d’un collègue que je connais à peine ou si je ne vais pas chercher ma couette au pressing ce soir.

Rappelez-vous que votre bien-être n’est pas de la responsabilité de l’Education Nationale, de votre conjoint(e), de vos enfants, du médecin ni de votre hiérarchie. 

 

  1. Choisir le positif et la bienveillance

 

  • Voir le positif

Pour ma part, j’aime « l’effet nouveauté » de la rentrée, peut-être des nouvelles personnes à rencontrer, des nouvelles choses à mettre en place, un nouveau hobby...Ne trouvez-vous pas qu’il existe aussi quelques bons côtés à reprendre le chemin de la rentrée ? peut-être retrouver des collègues, d’autres mamans au portail de l’école, profiter d’un déjeuner entre collègues ou d’une maison sans enfant !

  • Rester bienveillante envers soi-même

En tant que femme, nous pouvons être notre meilleure amie comme notre pire ennemie. En effet, nous avons tendance à nous critiquer au lieu de nous encourager et de nous parler avec compassion. Être bienveillante avec soi-même c’est accepter, sans nous juger, que nous sommes humaines, avec nos émotions avec nos qualités et nos imperfections, nos réussites et nos échecs. 

Lorsque je sens que je m'éparpille, je me rappelle cette phrase issue de la sagesse amérindienne "Là où sont mes pieds, je suis à ma place" et que j'interprète comme "Sois présente à toi-même et à ce qui t'entoure ici et maintenant".

Merci pour votre lecture,

Lucie Lavigne

Sophrologue 

Pour aller plus loin..

  • Se faire accompagner par un sophrologue permet non seulement de mieux gérer le stress, la fatigue mais aussi de prendre conscience de ce qui ne nous appartient pas comme des conditionnements familiaux et/ou sociétaux transmis, de ce à quoi nous répondons comme les attentes de nos proches ou encore découvrir les vraies raisons à se sentir débordée et de s’en libérer. Si vous souhaitez être accompagné(e) individuellement, vous pouvez me contacter : lucie@l-sophro.fr.

 

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Respirer, Ressentir, Relaxer: la Sophrologie pour apaiser l'anxiété

Mieux gérer la colère avec la Sophrologie

Insomnie et stress : Comment la Sophrologie peut vous aider à retrouver le sommeil

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.